Rapport d'information par le groupe de travail « Culture et handicap »

Nicole DURANTON et Brigitte GONTHIER-MAURIN, sénateurs (juillet 2017)

Article mis en ligne le 28/08/17

Rapport fait au nom de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication

Dix ans après l'entrée en vigueur de la loi « handicap » du 11 février 2005, la commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat a souhaité faire le point sur la participation des personnes handicapées à la vie culturelle.

Après avoir organisé, en mai 2015, une table-ronde consacrée à l'accessibilité des équipements et contenus culturels, elle a constitué en son sein un groupe de travail chargé d'examiner la question de l'accès des personnes en situation de handicap à la création et à la pratique artistique et culturelle. Au terme de plusieurs mois de travaux, il constate que si l'impératif d'accès à la culture est reconnu en droit, l'égalité d'accès est encore incomplète sur le terrain.

Portées par la conviction qu'il s'agit d'une véritable exigence démocratique, ses co rapporteurs, Nicole Duranton et Brigitte Gonthier-Maurin, formulent aujourd'hui une vingtaine de propositions afin que les personnes en situation de handicap soient des acteurs de la culture à part entière.

Les 20 propositions

  • Sensibiliser au handicap dès l’école
  • Accroître la visibilité médiatique des personnes handicapées et en assurer une représentation équilibrée, positive et inclusive
  • Faire en sorte que l’organisation gouvernementale permette un traitement transversal de la question du handicap
  • Veiller à ce que la problématique du handicap devienne un réflexe lorsque nous légiférons
  • Faire de la co-construction avec les personnes handicapées la règle pour l’ensemble des politiques publiques
  • Encourager la mise en réseau des associations et fédérations représentant les personnes handicapées pour les inciter à parler davantage d’une même voix
  • Garantir un soutien public à la fois plus important et plus pérenne
  • Renforcer la cohérence et la lisibilité de l’action publique
  • Veiller à inscrire l’accueil des personnes en situation de handicap dans les contrats d’objectifs et de moyens des établissements publics culturels
  • Inciter les acteurs privés à s’engager en faveur de l’accès des publics handicapés à la culture
  • Privilégier les démarches accessibles aux publics à la fois handicapés ou non
  • Faire en sorte que les personnes placées dans les établissements du secteur médico-social puissent avoir accès à la culture telle qu’elle se pratique à l’extérieur
  • Réaliser une cartographie précise et fiable des initiatives dans le domaine de la pratique artistique et culturelle accessibles aux personnes en situation de handicap
  • Organiser une campagne de communication nationale sur le thème de la culture et du handicap
  • Faire de l’accessibilité des sites Internet des établissements et structures culturels une priorité d’action
  • Sensibiliser les personnels de santé aux enjeux de la pratique culturelle
  • Former les professionnels de la culture, les architectes et les designers à la connaissance du handicap
  • Améliorer la formation au handicap au sein des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPÉ) et des écoles de journalismeInciter les personnes en situation de handicap à accéder à la culture par le biais d’une politique tarifaire attractive
  • Faciliter la professionnalisation des artistes handicapés

Les grands axes entourant ces propositions

  • Provoquer un changement de regard sur le handicap
  • Mieux prendre en compte le handicap dans nos politiques publiques
  • Renforcer les moyens accordés à cette politique
  • Promouvoir des politiques bienveillantes
  • Assurer une meilleure information
  • Mettre l'accent sur la formation
  • Ouvrir des chantiers de réflexion

source : site web du Sénat

CRÉDITS: EPCC Arteca